06/06/2014

Un premier job salutaire

 

 

Premier job

 

Quand j'ai terminé avec succès ma rhéto (terminale), mon père me dit:  « Il n'y avait pas grand -chose de bon chez les nazis sauf peut-être ceci: à la fin de leurs études secondaires les jeunes gens devaient faire un stage comme ouvrier avant d'entreprendre leurs études supérieures »

 

Suivant ce conseil et souhaitant gagner un peu d’argent je me mis à la recherche d'un petit job, je commençais à désespérer de l'obtenir quand une connaissance me signala qu'un de ses amis chasseurs, Carmin , cherchait un manoeuvre pour remplacer un de ses ouvriers, blessé.

 

Je pris contact et me présentai au chantier: une petite entreprise fabriquant des produits en béton. Je fus engagé pour un mois ce qui me convenais.

 

La journée commençait à huit heures et comptait neuf heures de travail, rétribuées à 25 Bef ( 0,625 euros) par heure. Nous étions en 1965.

 

Pour arriver au boulot j'utilisais un vélo sur un trajet de 7km assez accidenté. J'y retrouvai Maurice un apprenti de 16ans, les patrons, Carmin et son frère, assez âgés ne participaient au travail qu'exceptionnellement.

 

 Le labeur était fort physique: charger les brouettes de gravier, de sable ou des sacs de ciment, remplir la bétonnière, vérifier la qualité du mélange, remplir le(s) moule(s) , vibrer le mélange puis le moment venu démouler.

 

 Au début j'en ai drôlement bavé, je guettais les moments de pause: 9h manger une tartine, une demi-heure à midi puis enfin le rangement et le nettoyage des outils précurseurs de la fin de journée à 17h30. Je reprenais alors , éreinté mon vélo pour rentrer péniblement à la maison. A mes côtés Maurice abattait l'ouvrage avec facilité, je l'enviais .

 

Après une semaine le métier rentrait au rythme de mon développement musculaire, je respectais et admirais désormais les travailleurs physiques et me liais d'amitié avec l'équipe. Je comprenais le sens de la plus grave insulte aux yeux des fermiers hesbignons: fainéant! Depuis je salue tous ceux qui « boutent » (travaillent durement) manuellement ou intellectuellement.

 

Carmin et son frère avaient débuté comme ouvriers, ils travaillaient « aux pièces » pour leur patron puis rentrés chez eux ils « faisaient une autre journée », ils purent ainsi se « mettre à leur compte » et créer leur petite entreprise, maintenant à l'âge de la retraite ils souhaitaient « remettre leur affaire ».

 

 

 

 

Je découvris aussi l'avantage d'être patron: Maurice et moi gagnions chacun 225 Bef par jour et en moins d'une journée nous fabriquions une dizaine de tuyaux de collecteur d'égout vendus 540 Bef pièce ! Matières premières : eau, sable, gravier, ciment, un peu d'énergie électrique ; outillage: pelles, bétonnière, moule, vibreur depuis longtemps amortis alors faites le compte! Cela étant chapeau à Carmin et son frère qui ont créé de toutes pièces leur entreprise !

 

Néophyte j'ai aussi commis quelques erreurs , je me souviens d'une citerne ratée que Carmin réussit à « rattraper » in extremis en disant « faire et défaire c'est toujours travailler » .

 

Une autre performance consistait à décharger un camion dix tonnes de sacs de ciment en une demi-heure, Maurice et moi. Noria pénible car ces sacs de 50 kg présentent peu de prises et étaient brûlants.

 

Ma dernière semaine vit le retour du blessé, Firmin, je devenais moins nécessaire et mon travail s'allégea un peu sauf les quelques jours où il fallut fabriquer des parpaings ( des blocs) à marché (aux pièces). Le contrat de Firmin consistait à produire 600 blocs, après il rentrait chez lui. A trois nous devions alimenter la chaîne: préparer les mélanges, placer les planchettes sous la vibreuse, remplir les moules, prévibrer, achever le remplissage, démouler, emporter les blocs et recommencer. Bref les cadences infernales !

 

En fin de compte je gagnai 4500 Bef (112,5 euros), une expérience humaine qui compte  et  surtout je n'ai pas bu une seule chope de bière en première année de fac ce qui m'a sans doute sauvé ! Pensez donc une chope = 20 minutes de béton !

 

 

 

 

Commentaires

BONJOUR MARC
ce sont de beaux souvenirs pour toi j'en suis sure même si tu y as laissé de la sueur mais mon pauvre ami va demander a un jeune actuellement de faire simplement que la moitié de ce travail !!! mais jamais ils n'accepteraient aussi c'est bien pour ça que ce multiplie par dix les agressions chez les gens chez les commerçants ETC ETC ETC voilà c'est ça notre nouvelle vie
alors MARC je ne sais plus si je dois encore te tutoyer étant donner que sur ton commentaire d'hier tu me dis "" vous "" je sais suis plus d'une première jeunesse mais bon RIREEEEEE
en tout cas je voudrais te remercier pour ce commentaire super sympa vraiment c'est vrai que je passe beaucoup de temps a chercher dans les livres des poèmes et des poètes pas toujours connus et c'est un plaisir de les faire connaître par contre hélas bien souvent j'en trouve de très beaux mais trop long pour mettre sur un blog voilà j'ai aussi beaucoup de livres tiens par exemple le 24 MAI jour de mon anniversaire on m'a a offert deux très beaux avec des poèmes pas connus j'en suis sure
bien je ne vais pas plus t'ennuyer
BONNE JOURNEE
BISOUS MARC
DANY
CARESSES A TES "" BESTIAUX ""

Écrit par : FRUITS CONFITS | 07/06/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour Marc..Un sourire, un petit mot gentil, voilà ce que je t'apporte, tout en te souhaitant un doux et beau samedi avec un beau soleil !
Quels souvenirs de labeur ! Il ne sont plus autant disposés les jeunes de maintenant à faire autant d'efforts pour debuter dans la vie !
Je te fais de gros bisous amicaux et douces caresses à tes gentils quatre pattes ♥

Écrit par : Chadou | 07/06/2014

Répondre à ce commentaire

chez mes élèves aussi je constate l'effet salutaire d'un vrai travail, que ce soit à la chaîne ou à la caisse... la première chose qu'ils en retirent, c'est une meilleure motivation pour les études :-) et ce n'est pas le seul avantage!

Écrit par : Adrienne | 09/06/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour Marc

et le système existe toujours en Allemagne (me semble t'il) et c'est un très bon ce système ça forge et l'homme et femme aussi d'ailleurs !

eh oui pas sûre que maintenant les jeunes seraient prêts a faire de tels boulots ..

me souviens en 69 j'ai travaillé comme manutentionnaire chez Butch, je touchais 20 FB de l'heure et je ramenais encore du boulot a la maison pour faire le soir

autres temps....mais je les ai aimé ces temps là tout était bien plus simple...sans être du tout du genre nostalgique je précise :)

mon mari lui a déchargé des caisses d'oranges au marché matinal dur dur aussi !

bonne journée Marc *
bises et caresses aux poilus ;)

Écrit par : nays | 12/06/2014

Répondre à ce commentaire

salut marc

beau commencement dans la vie professionnelle
je me souviens de mon premier boulot en tant qu'étudiant (15-16 ans) chez Sarma-Penney, un dépôt à Anderlect pour une société style Carrefour ou Delhaize de l'époque
un bus et un tram pour y arriver, 1 heure de trajet, 2x/jour + un travail de chargement et déchargement de semi-remorque
j'en ai bavé pendant un mois pour...moins de 300€ de nos jours
et de ce fait, je pense perso que les jeunes ont trop facile dans la vie, ils ont tout avant de vraiment avoir commencé à travailler!

enfin, that's life

bonne semaine à toi
l'Irlandais

Écrit par : philou | 16/06/2014

Répondre à ce commentaire

je suis bien d'accord avec toi Phil, ils veulent tout avant de commencer et les parents qui jouent " avec " ne leur rendent pas service et pour les garçons plus de service militaire, une grosse erreur ça ! ça leur apprend la vie sans distinctions de classe sociale !!

Écrit par : nays | 16/06/2014

Aie aie mais avant bien avant , encore bien avant c'était pire encore, pas de samedi, pas de dimanche et on travaillait pour une croute de pain ! Bon on ne va pas cracher contre le progrès social quand même ! On n'est plus dans les années 60 ou 70 ! Je me suis battu avec d'autres, j'ai fait grève, j'ai manifesté durant ma carrière pour que le travail soit mieux rémunéré, soit moins dur, pour que mes enfants, les jeunes en général aient une vie plus facile, comme mon père s'étaient battu pour que j'ai une vie plus facile que la sienne et comme son père à lui l'avait fait à son profit !
Je ne reprocherai jamais à un jeune d'avoir une vie plus facile, je lui reprocherai certainement de ne pas se battre avec la meme conviction pour que ses enfants à lui aient une vie plus facile encore , ou moins dure suivant le point de vue !

Cela dit, tout n'est pas parfait dans le meilleur des mondes, je ne suis pas naïf ... mais je voulais juste prendre le contre pied d'un point de vue qu'on entend trop souvent sur la vie facile ... juste une façon d'ouvrir la réflexion en toute amitié.

Écrit par : jacques robert | 17/06/2014

Répondre à ce commentaire

BONJOUR MARC
alors j'arrive sur la pointe des pieds après avoir donner mon avis je voies que dessus JACQUES n'est pas tout a fait d'accord avec nos réponses alors je ne vais certainement pas le contredire c'est ça la démocratie non ??? le respect de l'autre aussi
j'espère que tout va bien pour tout en ce mardi
BONNE FIN DE JOURNEE
BISOUS MARC
CARESSES A TES "" BESTIAUX ""
DANY ET SA PETITE DELHIA

Écrit par : FRUITS CONFITS | 17/06/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.