21/09/2014

Pré Baudet

Le pré Baudet avec de vrais ânes

 

La « Cité des Ours » s’étend dans la vallée de la Meuse, par conséquent la plupart des promenades débutent par des chemins pentus qu’il convient de gravir pour accéder au plateau, bordure Nord du Condroz.

Un de ces sentiers longe le « Pré Baudet », une pâture qui épouse la pente du relief et qui était jadis la piste de luge de la ville. Deux pentes étaient disponibles : la « petite » pour les débutants et la « grande » pour les plus audacieux. Dans les meilleures conditions une descente sur cette dernière se terminait sur la route.

A mi-chemin du sentier, je m’arrêtai, essoufflé, avec Mirzah le bon chien qui voulait pas me tracter. J’en profitai pour contempler avec nostalgie le théâtre du seul sport d’hiver que j’aie pratiqué et me reposer. Dans le fond du pré pâturaient quelques ânes peut-être là pour confirmer la dénomination du lieu-dit.

Nous reprîmes l’ascension de plus en plus raide et caillouteuse pour accéder au hameau de Stud et profiter du soleil et d’un agréable panorama bucolique. A flanc de colline, nous continuons  jusque l’altitude de 187 m, certifiée par un panneau récompensant les courageux passants. Ensuite, la vue de la ferme de la Vaudaigle, dominée par sa jolie tour justifia une pause demandée par la petite chienne fatiguée.

Nous poursuivons la promenade en traversant le hameau de Groyinne par une montée aisée.

A gauche de l’église, un chemin agricole nous ramène vers la ville encore invisible lovée dans la vallée, la vue sur Stud est très belle et nous mesurons le chemin parcouru. Nous atteignons le lieu-dit « Peu d’eau » accès à la descente par « l’ancienne Chaussée de Ciney ».

Mirzah, qui connaît de mieux en mieux nos balades, sent « l’écurie » et nous ramène au logis pour aussitôt se désaltérer et raconter son équipée à Lech qui s’est reposée pour nous.