15/02/2015

Merci à mon professeur de Mathématiques

 

Un remarquable professeur de Mathématiques

 

J’ai eu le bonheur de connaître à l’Athénée des maîtres qui m’ont marqué, parmi eux mon professeur de Math dans le cycle supérieur.

Jeune professeur j’étais heureux de pouvoir consulter mes cahiers, pieusement conservés, pour y trouver inspiration et exercices et surtout je me suis souvenu de leur façon d’enseigner .

Notre prof de math n’avait pour tout document que son  carnet de côtes, quand il prenait notre classe après la récréation il nous disait « suivez », avec un petit geste de la main.

En classe il interrogeait parfois oralement, puis envoyait un élève au tableau pour donner le cours, à sa place, suivant ses indications. Il se limitait à guider, conseiller, parfois dessiner une figure. Il nous amenait ainsi à donner la leçon. Nous pouvions presque connaître notre note mensuelle d’après la fréquence de nos passages au tableau.

Nous l’imitions même dans sa façon de tousser et un jour, distrait, un condisciple toussa comme lui en classe.

Nous devions beaucoup travailler : après chaque leçon une préparation (exercice à faire pour la suivante), l’étude des cours, les devoirs à domicile parmi lesquels des « applications » de géométrie extraites de notre excellent manuel (Daele et Dewael).

Après trois ans de ce régime nous étions prêts à aborder l’Université ou l’Ecole Supérieure.

Un jour il nous parla des probabilités puis glissa vers le football en disant : « Si le Standard joue à Liège d’office pronostiquez sa victoire. »

Après les examens un élève lui demanda de nous communiquer nos résultats, il répondit «  Comment, mon fils ne vous les a pas encore transmis ? » (dès les résultats connus, le garçon patrouillait en vélo pour nous les fournir).

Il ponctuait ses phrases de « n’est-ce-pas ? », nous en faisions des graphiques en en indiquant le nombre par tranches de dix minutes.

Un jour un condisciple lui demanda de différer une interrogation écrite, il répondit qu’il ne fallait pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, bien avant le film éponyme.

Avec de pareils maîtres cela me fut facile de devenir (je l’espère) aussi un bon prof.

11:11 Écrit par yog | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |

Commentaires

Bonjour Marc

très très important d'avoir un bon prof surtout de math, j'ai pas eu la chance d'en avoir un bon dans cette matière, il doit pouvoir intéresser l'élève, branche déjà pas marrante au départ :)

perso il aurait pas dû me parler de foot je présume qu'il aurait choisi un autre exemple pour les filles, l'école n'était pas mixte et le samedi on avait encore court et les vacances de carnaval n'existaient pas
sont bien gâtés maintenant :)

bonne fin de journée Marc
amitié et caresses aux félins **

Écrit par : nays | 16/02/2015

Répondre à ce commentaire

très belle reconnaissance envers ce prof de math !

Écrit par : josiane | 16/02/2015

Répondre à ce commentaire

ce n'est pas la première fois que vous nous parlez de lui, donc c'est sûr, il vous a marqué :-)
l'a-t-il su?

Écrit par : Adrienne | 16/02/2015

Répondre à ce commentaire

à meuh !!! Petit recyclage ? Ou alors j'ai rêvé déjà avoir lu ce texte ?

Écrit par : godelieve | 17/02/2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour Marc, j'ai eu de bons prof aussi...C'est vrai que c'est important de retenir l'attention de tous !
Bon mardi et gros câlins aux copains ♥

Écrit par : Chadou | 17/02/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.