09/05/2014

Mirzah alpiniste

 

Promenade sylvestre et escarpée avec Mirzah

 

Mirzah aime la promenade, son maître dévoué aussi, comme nous sommes libres tous les deux  nous profitons d’une météo acceptable pour nous aérer.

Nous quittons la petite cité mosane par un quartier où j’ai vécu, enfant, « la Campagne » où les maisons se sont multipliées.

Très vite les rues redeviennent un agréable sentier parmi les derniers champs, ensuite nous suivons une petite rue à la lisière d’un bois pentu que nous traverserons une autre fois : le bois de Stud.

En moins d’une heure nous sommes à nouveau en ville dans le quartier de la Fontaine de l’Ours  où Charles Martel, en guise d’entrainement pour la bataille de Poitiers, y terrassa l’ours, forcement gigantesque et cruel, qui terrorisait la population de la petite ville.

Nous nous trouvons au pied d’une des collines escarpées qui cernent la ville au Sud et téméraire je décide de la gravir par un sentier escarpé et un peu accidenté. L’ascension est ardue et de plus en plus souvent je dois m’arrêter essoufflé, Mirzah ne me tracte guère.

Enfin nous atteignons le sommet de « la roche de Faulx » , promontoire qui offre un splendide panorama de la cité à nos pieds. Ensuite profitant de notre position sur la colline, nous nous approchons de la sapinière où je connu l’exaltation de mon premier grand jeu de louveteau.

Nous redescendons avec précaution par le sentier et regagnons notre logis.

La promenade et « l’escalade » ont épuisé ce brave basset qui dormira pendant deux jours pour récupérer des efforts consentis.

Je ne lui ai pas divulgué mon programme de promenades futures !

14:29 Écrit par yog dans Général, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : escalade, forêt, promenade, rochers |  Facebook | |

30/04/2014

L'ouïe fine de Mirzah

Mirzah est attentive

 

Depuis que je suis petit garçon j’aime les « princes fourrés ». Dernièrement, j’en ai acheté un paquet que je m’efforce de déguster le plus discrètement possible.

Je pensais ouvrir la porte du buffet silencieusement, déballer le paquet sans froissement et  savourer le délicieux biscuit (NDLR : en France « gâteau » !) en catimini.

A peine avais-je croqué la première bouchée que ma brave chienne accourait pour en solliciter le partage. Je lui en offris donc une petite part.

Cela me rappelle les performances du chien de mon grand-père : il suffisait de déballer le colis du boucher, et celui-là seulement, pour qu’il se précipite dans la cuisine.

Les chiens ont une ouïe fine et sélective, dès que la Gazelle ou nos petits-enfants sont au bas de l’ascenseur Mirzah s’agite, remue la queue, pousse de petits glapissements et se presse près de la porte pour accueillir.

Quel bonheur de vivre auprès d’un animal aussi aimable et futé !

20/04/2014

Que fait la Police ?

 

Voilà une expression courante que le langage populaire a étendu à toute situation anormale, en voici un exemple.

 

Il y a quelques jours nous avons découvert dans le living une souris morte, aussitôt nous avons félicité Lech pour sa compétence professionnelle et simultanément déploré le sort de l’élégant petit rongeur.

 

Par la suite nous avons à nouveau fait la même découverte.

 

Le comportement de Mirzah, plus tard, nous a paru bizarre, elle renifle systématiquement et avec insistance sous le bas de la bibliothèque qui se trouve dans la véranda.

 

N’y comprenant plus rien nous avons appelé au secours le Sherlock du comportement animal, le Pr Burp (1).

 

Bouffarde au bec et loupe à la main, il scruté les lieux des crimes pour nous communiquer finalement ses conclusions.

 

 Les rongeurs pénètrent par la chatière, chose incroyable pour des souris, et ont établi un camp de base sous la bibliothèque. Lech est innocente et c’est Mirzah qui, par solidarité, se charge du « travail » de « hunter killer » (chasseur/tueur).

 

Nous sommes sidérés d’abriter un chat et un chien aux rôles inversés, où allons-nous ? Il n’y a plus de saisons !

 

  1.  Lire à ce sujet les albums du génial Marcel Gotlib (la rubrique à brac et d’autres aux Ed Dargaud)

 

05:53 Écrit par yog dans Général, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : souris, chat, chien, capture, inversion |  Facebook | |

10/04/2014

Une sieste peu évangélique ?

 

Allongé sur le couvre-lit, j’appelle Lech qui aussitôt me rejoint et sous les caresses de ma main droite elle se met à ronronner comme il sied à tout bon chat.

 

Bien vite Mirzah arrive au bord du lit et réclame, elle aussi, la main de son maître.

 

Mes deux mains fouraillent leurs toisons respectives …. mais contrairement au précepte de Jésus ma main droite n’ignore pas ce que fait ma gauche !

 

Mirzah est insatisfaite, elle contourne le lit, d’un saut s’y juche et réclame à nouveau ma main à peine libérée. Elle est moins discrète que Lech et démarre ses coups de lèche en cherchant mon visage. Il m’est impossible de l’en dissuader !

 

Ma sieste est donc terminée et je laisse les deux petites bêtes maîtresses du terrain.

 

Après tout, n’était-ce pas leur objectif ?

 

J’ai encore été eu !

 

21/03/2014

Madame Meteo Lech et la nostalgie

Lech et le bulletin météo

 

Pendant la nuit et plusieurs fois Lech saute sur notre lit pour recevoir des caresses.

Généralement elle revient alors du dehors par la chatière et nous propose par la même occasion le relevé météo du moment ;

A la première caresse je connais la température extérieure, la présence de pluie et même son intensité.

Grâce à ses escapades nocturnes je dispose d’une station météo mobile en temps réel !

Pour la prévision, je dois me contenter des dictons populaires qui interprètent son comportement comme «  lorsque le chat passe la patte sur l’oreille, c’est signe de pluie… »

Hélas Monsieur Jules Metz Météo n’est plus parmi nous, j’aurais aimé lui soumettre la question !

Il aurait pu dire « chat qui rentre en coup de vent, signe de gros temps ! » ou «  chat tigré le soir au coin du feu, temps gris demain »

Lech vient de lire ce billet et  se tapote la tempe …

 

13/03/2014

Lech chasseresse !

Lech a attrapé sa première souris

 

Lech est désormais admise dans le club des prédateurs !

Je suis ému en emportant la dépouille du malheureux rongeur et en me rappelant la dure loi de la jungle « manger ou être mangé ».

Mais où a-t-elle capturé sa victime, j’espère que cela s’est passé à l’extérieur et que Lech a juste voulu me démontrer ses aptitudes de chasseresse en ramenant sa proie?

Voici la petite bête adoubée chevalier de la chasse aux souris : (Lech evalier !?!) faut-il m’en réjouir ?

Réflexion faite les humains ne sont-ils pas les pires prédateurs de la planète ? Auquel cas la petite chatte ne serait qu’une apprentie à côté de son faux-cul de maître carnivore, piscivore, énergétivore, pollueur…

Lech m’amène à faire mon autocritique ! Je ne dois pas voir la paille dans son œil alors qu’il y a une poutre dans le mien !

Elle ronronne de mieux en mieux, se fait plus câline, s’exprime par la nuance de ses cris d’appel ou de contentement.

Heureusement comme chasseresse, elle n’égale pas ses cousins tigres et lions sauf pour sa beauté, son élégance de mini félin tigré.

17:28 Écrit par yog | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : chat, souris, prédateur, énergivore |  Facebook | |

27/02/2014

Immortel Courteline, représentation au bureau de poste

Courteline n’est pas mort, représentation de « ces messieurs les ronds de cuir » au bureau de Poste

 

La Gazelle et moi devions modifier, chacun, un ordre de paiement mensuel, la file n’était pas longue nous nous réjouissions déjà !

Nous sommes alors reçus par un préposé à l’air bougon, mal rasé, en bras de chemise à laquelle il ne manque que les manches de lustrine, il nous demande, assez rudement, l’objet de notre démarche et nos cartes d’identité. La Gazelle a oublié la sienne, elle gagne donc une partie gratuite, je présente la mienne.

Le changement de compte bénéficiaire se fera informatiquement, au début le processus progresse puis l’ordinateur facétieux se bloque !

Nous attendons stoïquement tandis que notre interlocuteur s’énerve, farfouille en vain sous son pupitre et part se verser, à la cantine du personnel, un verre d’eau.

Il revient, après quelques minutes, le verre d’eau à la main tandis que, bon prince, l’ordinateur l’attend toujours ! Après de laborieuses tentatives la demande se concrétise  et l’imprimante sort enfin trois documents dont un que je signe.

Je me demande si la méthode « papier », désormais révolue, n’aurait pas été plus simple et plus rapide ?

Plus tard la Gazelle retournera au bureau de poste pour son transfert et … choisira un autre guichet !

 

14:59 Écrit par yog dans Général, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : guichet, retard, informatique, bug, ronchon |  Facebook | |