30/04/2014

L'ouïe fine de Mirzah

Mirzah est attentive

 

Depuis que je suis petit garçon j’aime les « princes fourrés ». Dernièrement, j’en ai acheté un paquet que je m’efforce de déguster le plus discrètement possible.

Je pensais ouvrir la porte du buffet silencieusement, déballer le paquet sans froissement et  savourer le délicieux biscuit (NDLR : en France « gâteau » !) en catimini.

A peine avais-je croqué la première bouchée que ma brave chienne accourait pour en solliciter le partage. Je lui en offris donc une petite part.

Cela me rappelle les performances du chien de mon grand-père : il suffisait de déballer le colis du boucher, et celui-là seulement, pour qu’il se précipite dans la cuisine.

Les chiens ont une ouïe fine et sélective, dès que la Gazelle ou nos petits-enfants sont au bas de l’ascenseur Mirzah s’agite, remue la queue, pousse de petits glapissements et se presse près de la porte pour accueillir.

Quel bonheur de vivre auprès d’un animal aussi aimable et futé !